Sylvain Binn (1911 - 1999)

Par Serge Binn, son fils

Sylvain Binn est né à Luxembourg le 8 mars 1911. Son père, Salomon Binn, originaire de Lithuanie, était alors « Hazan » (ministre officiant) de la communauté juive de Luxembourg. Sa mère, Sidonie Guggenheim, était originaire d’Allemagne.

En 1920 la famille Binn s’installe à Metz (Moselle) , où Salomon Binn a été nommé « Premier Hazan », fonction qu’il exercera jusqu’à sa mort, en 1954.

Sylvain Binn poursuit ses études secondaires au Lycée de Metz, puis ses études de chirurgie-dentaire à la faculté de Nancy. Parallèlement il poursuit des études musicales au Conservatoire de Metz, en piano, solfège, écriture musicale et composition.

Passionné par la musique juive, dans laquelle il baigne depuis sa petite enfance du fait de la profession de son père, il acquiert une connaissance approfondie de la musique synagogale, telle qu’elle est pratiquée à l’époque dans les synagogues dites « consistoriales » (et encore aujourd’hui dans les synagogues libérales), où l’office est exécuté par le Hazan, une chorale et un accompagnement d’orgue.

JPEG - 8.4 ko
Sylvain BINN dirigeant la chorale

Sylvain Binn s’occupe activement de la chorale de la synagogue de Metz, qu’il dirige occasionnellement en remplacement du chef de chœur titulaire (Max Rosenzweig).

En 1940 il épouse Irène Wolff. La famille Wolff est une vieille famille juive lorraine installée à Waldwisse depuis plusieurs générations. Le père d’Irène, David Wolff est président de la communauté juive de Waldwisse. Les époux auront deux fils : Serge (1944) et Daniel (1946-1996).

Le mariage a lieu le 8 mai 1940, jour de l’offensive allemande contre la Belgique. Le lendemain du mariage, Sylvain est mobilisé, puis fait prisonnier quelques semaines plus tard. Les jeunes époux resteront séparés pendant trois ans.

Prisonnier en Allemagne dans différents camps d’officiers (OFLAG), Sylvain Binn réussit à s’évader en 1943, après deux tentatives manquées. Il rejoint son épouse et ses parents, réfugiés à Grenoble.

A la libération la famille regagne Metz où Sylvain retrouve son cabinet dentaire, ouvert peut de temps avant la guerre. Son père Salomon reprend son activité de Hazan. Sylvain reprend également son activité musicale au profit de la chorale de la synagogue.

JPEG - 24.8 ko
Grand concert de musique synagogale à Strasbourg (probablement avant 1953)
Joseph BORIN, Salomon BINN, Emile KAÇMANN, Rabbin POLIATCHEK, Paul LAZARIUS, Sylvain BINN

Il développe par ailleurs une intense activité de musique profane en participant à la création de l’ALAM (Association Lorraine des Amis de la Musique), qui organisera de prestigieux concerts. C’est dans le cadre de l’ALAM que Sylvain Binn et le pasteur Griesbeck créent une chorale interreligieuse qui donnera des concerts de musique sacrée dans différents lieux de culte, notamment la synagogue de Metz où seront interprétés le Service Sacré de Darius Milhaud et celui d’Ernest Bloch avec l’orchestre municipal de Metz.

En 1984, Sylvain Binn et son épouse s’installent à Paris pour leur retraite.
Jusqu’à son décès, en 1999, Sylvain participera activement à la vie musicale juive parisienne. Notamment à la synagogue de la Victoire où il intervient régulièrement pour remplacer Maurice Benhamou à la direction de la chorale, ou pour tenir l’orgue à l’occasion de mariages et cérémonies commémoratives.

JPEG - 31.7 ko
Concert du "Service sacré" d’Ernest BLOCH du 3 mars 1967 à la Grande Synagogue de Metz
Sylvain BINN, Emile KAÇMANN, Albert KIRCH

Il compose des arrangements pour chœur et orgue de chants religieux traditionnels, écrit des articles sur la musique synagogale, et participe à l’émission « écoute Israël ».

Il laisse de nombreuses notes et articles, des compositions, arrangements et harmonisations, ainsi qu’une bibliothèque de partitions, manuscrites et imprimées, d’ouvrages et d’articles concernant la musique juive.

Ces documents ont été déposés à l’Institut Européen des Musiques Juives où ils sont désormais consultables.

Vous aimerez aussi

Du salon au front : Fernand Halphen (1872-1917), compositeur, mécène et chef de musique militaire

Un ouvrage collectif à paraître en avril 2017 sous la direction de Laure Schnapper, avec la collaboration de Pierre-André Meyer - Préface de Hervé (…)

Centenaire du décès de Fernand Halphen

A l’occasion du centenaire du décès de Fernand Halphen (1872 - 1917), un certain nombre d’événements viendront prochainement ponctuer et agrémenter (…)

CYCLE DE COURS : La musique juive savante en Europe aux 17e et 18e siècles (Italie, France, Hollande)

L’Institut Elie Wiesel organise, en partenariat avec l’Institut Européen des Musiques Juives, une série de cours donnés par Hervé Roten les jeudis 5, (…)

Nomination de Hervé Roten au grade d’Officier des Arts et des Lettres

Le 13 septembre 2016, Hervé Roten a été nommé au grade d’Officier des Arts et des Lettres par la Ministre de la Culture et de la Communication, pour (…)

Mélodies hébraïques pour violoncelle et piano

SORTIE DU 1er CD DE LA COLLECTION CLASSIQUES Admirablement servi par Sarah Iancu (violoncelle) et David Bismuth (piano), ce CD regroupe 30 (…)