Gesänge aus der Synagogue / Chants of the synagogue

Isaac et Jacques Offenbach

Paru en 1997 aux Editions Koch Schwann, ce CD exhume avec brio les compositions synagogales pour chœur et orgue de Isaac et Jacques Offenbach.

Isaac ben Juda, surnommé Eberst, est né à Offenbach près de Francfort. Après avoir quitté sa ville natale en 1799 pour devenir un chantre et musicien itinérant, il s’installe à Deutz en tant que musicien de taverne. Suite au décret napoléonien du 28 juillet 1808 qui impose à tous les juifs de l’Empire de prendre un « nom définitif », Isaac Eberst adopte le patronyme d’Offenbach vers 1810. En 1816, il s’installe à Cologne, où il devient professeur de musique, puis aux environs de 1826, ḥazzan de la ville, un poste qu’il a occupé jusqu’à peu de temps avant sa mort.
Isaac Offenbach est un compositeur prolifique (principalement des œuvres pour la synagogue), un écrivain et un traducteur de mérite. Il a publié une Haggada avec traduction en allemand et six mélodies annexées, certains airs traditionnels et d’autres composés par lui (1838), un livre hébreu-allemand pour la prière des jeunes (1839), et un certain nombre de morceaux de guitare. Ses manuscrits ont été donnés par ses petites-filles au Jewish Institute of Religion New York, et certains articles sont également parvenus dans la Collection Birnbaum à l’Hebrew Union College de Cincinnati, et à la Jewish National and University Library de Jérusalem. Le matériel comprend environ 20 fascicules et dossiers de compositions cantoriales et notations des mélodies traditionnelles. Ces manuscrits témoignent du style synagogal en usage dans la 1ère moitié du 19e siècle en Allemagne, un style fortement marqué par l’émancipation et l’influence de la musique occidentale savante.

Jacob Offenbach (dit "Jacques Offenbach"), le septième des neuf enfants de Isaac Offenbach, est né à Cologne le 20 juin 1819. Conscient du talent musical de son fils, Isaac Offenbach l’envoie étudier la musique à Paris, seul endroit où un juif peut alors faire carrière. En 1833, il est admis avec son frère Julius dans la classe de violoncelle du Conservatoire de Musique de Paris. Après un an passé au conservatoire, Jacques Offenbach, dont le comportement est jugé trop dissipé, se voit dans l’obligation de le quitter. En 1835, il intègre l’orchestre de l’Opéra-comique et se fait remarquer par Jacques Fromental Halévy (1799-1862) qui lui donne des leçons de composition.
Sa carrière de compositeur débute avec l’écriture de valses qui lui confère rapidement une certaine notoriété. En 1848, la révolution qui sévit en France fait fuir Offenbach et sa famille pour Cologne. De retour en France en 1849, il est nommé chef d’orchestre de la Comédie-Française. En 1855, il crée son propre théâtre, les Bouffes-Parisiens, situés sur les Champs-Élysées, afin d’y faire exécuter ses œuvres.
Le 14 janvier 1860, il obtient la nationalité française. En 1866, il triomphe dans le Paris de Napoléon III avec son opéra-Bouffe La Vie Parisienne. Il enchaîne alors les succès jusqu’à la chute de l’Empire en 1870. Avec la guerre contre la Prusse, Jacques Offenbach se voit contraint de s’éloigner avec femme et enfants de Paris. Mais cet exil est de courte durée, et en 1872 il compose son opéra féerie Le roi carotte qui se veut une satire politique de Napoléon III. Il dirige ensuite le théâtre de la Gaité-Lyrique où sont reprises ses anciennes œuvres, mais meurt dans un relatif dénuement, le 5 octobre 1880, laissant inachevé son unique opéra et ultime chef-d’œuvre : Les Contes d’Hoffmann.

Jacques Offenbach est l’auteur de quelques chants synagogaux (Ashamnou, Tavo lefanecha…) composés à l’occasion des visites à son père à Cologne. A l’âge de 16 ans, il a également écrit une suite de valses sur des motifs israélites du quinzième siècle, intitulée Rébecca (1837, non édité)

En savoir plus sur les coulisses de cet enregistrements en consultant le site de Jacobo Kaufmann

À écouter

En cas de non-fonctionnement du player, vous devez autoriser l'ouverture des pop-up pour le site iemj.org dans les paramètres de votre navigateur.

  • Lecha Dodi (EXTRAIT) - Isaac Offenbach

  • Chad Gadja (EXTRAIT) - Isaac Offenbach

  • Tavo Lefanecha (EXTRAIT) - Jacques Offenbach

  • Ashamnu (EXTRAIT) - Jacques Offenbach

  • Kichlot Jejni Tered Ejni (EXTRAIT) - Isaac Offenbach

Lire tout

Vous aimerez aussi

Concert classique : Mélodies hébraïques, un rêve vieux de 3000 ans

Le 19 juin 2017 à 20h30 aux Archives nationales à Paris (75003). Sur les pas de compositeurs qui puisent leur inspiration dans les mélodies (…)

L’IEMJ à la journée des Associations

Le 25 juin 2017 de 11h à 18h, à la Mairie du 3ème arrondissement de Paris, venez retrouver l’IEMJ à la journée des associations et bénéficiez de (…)

Réédition du coffret Musiques juives dans le Paris d’après guerre, Elesdisc 1948-1953

Réédition du 1er coffret de la collection "Archives" - 6 CD de cabarets yiddish d’après-guerre superbement remastérisés ! Dans l’après-guerre, alors (…)

A la découverte des musiques juives : une conférence de Hervé Roten

Le 2 mai 2017 à 20h30 à la Synagogue de Bordeaux, une conférence de Hervé Roten sur les musiques juives illustrée par de nombreux exemples sonores et (…)

Marc-Alain Ouaknin reçoit Hervé Roten dans "Talmudiques" sur France Culture

EMISSIONS DE RADIO DU 9 ET 16 AVRIL 2017, de 9h10 à 9h42. Les rencontres fertiles des chansons traditionnelles juives et de la variété française ont (…)